Emmaüs-Nicopolis

Période contemporaine (XXe -XXIe siècles)

1924-1930

Les pères dominicains L.-H. Vincent et F.-M. Abel de l'Ecole Biblique française de Jérusalem fouillent les basiliques septentrionale et méridionale d'Emmaüs. Des fragments de céramique retrouvés lors de cette fouille témoignent du fait que le site était déjà habité aux périodes hasmonéenne et hérodienne. PP. Vincent et Abel avancent la théorie d'une villa romaine antérieure aux basiliques (Vincent, Abel, Emmaüs, Paris, 1932, pp. 169, 172ff, voir ici).

1930-1931

La maison actuelle à créneaux est construite sur la colline par les Pères de Bétharram, les aumôniers du Carmel de Bethléem.

Les années 1940

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les soldats polonais de la Brigade indépendante de chasseurs des Carpates campent à Emmaüs et à Latroun, voir ici.

1948-1967

Après la guerre d'indépendance d'Israël, Emmaüs se retrouve dans la zone démilitarisée entre la Jordanie et Israël. Une représentation de l'ONU se trouve dans la maison au dessus des ruines.

1967

Le village de 'Amouas est détruit au lendemain de la guerre des Six Jours.

1970-1973

Mission protestante hollandaise Dutch Near East Ministry loue la maison au-dessus des ruines.

Les années 1970-1980

Plusieurs campagnes archéologiques sont entreprises par les chercheurs israéliens Izhar Hirschfeld et Mordechai Gichon sur le territoire du Parc Canada, sur la colline d'el-Aqed et aux bains romains d'Emmaüs (M. Gichon, Thèrmes d'Emmaüs, RB 1979, pp. 125-126, voir ici; Y. Hirschfeld, The Aqueducts of Emmaus-Nicopolis, 2002, voir ici).

1980-1993

La maison au dessus des ruines est louée par le Centre Français de la Recherche Scientifique (CNRS).

Dec. 1993

La Communauté catholique des Béatitudes loue la maison au-dessus des ruines.

1993

L'Association des Amis d'Emmaüs-Nicopolis est fondée à l'initiative de Karl-Heinz et Louisa Fleckenstein, les coordinateurs du projet de fouilles d'Emmaüs.

1994-2005

Des fouilles archéologiques sont menées à Emmaüs sous la direction de l'archéologue finlandais Mikko Louhivuori (Autorité israélienne des antiquités) et du père franciscain Michele Picirillo. Les fouilles mettent à jour des bâtiments appartenant au complexe ecclésiastique, de nombreuses mosaïques, une zone sépulcrale et une carrière de pierre byzantine. (K.-H. Fleckenstein, M. Louhivuori, R. Riesner, Emmaus in Judäa, Basel, 2003, p.212-310, voir ici ; K.-H. et Louisa Fleckenstein, Emmaus-Nicopolis Ausgrabungen 2001-2005, Novum publishing, 2010, voir ici).

A partir de 2012

De nouvelles campagnes archéologiques sont entreprises sur la colline d'El-Aqed par des chercheurs israéliens, voir ici.

Cardinal Ratzinger célèbre

la Sainte Messe

à Emmaüs-Nicopolis,

Lundi de Pâques, 20 avril 1992